Je ne l’ai jamais revu (épisode 3.4)

Résumé des épisodes précédents : Anna prend le risque de faire affaire avec un des hommes du parvis de la gare espérant lui revendre une carte d’identité.

J’essayais d’avoir l’air  fiable, mais j’avais encore mal joué en allant trop vite  et en montrant trop d’intérêt et elle  percevait la possibilité de l’arnaque. Un véritable  acheteur se serait mieux renseigné auparavant, et un  vrai commerçant n’aurait jamais fait ses propositions  à la suite de signes de désaccord. J’avais cumulé les  deux et risquait fort de me retrouver le bec dans l’eau.  J’avais surestimé son état de nécessité. Mon allusion  mal prise avait créé un climat de relations froides, elle  ne serait disposée à aucun compromis. Ce qui ne  manqua pas d’arriver.  

− Demain on verra, déjà sept cents pour celle là.  

− Ok, on se retrouve ce soir devant la gare. J’allais  faire venir du renfort et elle se retrouverait obligée de  me la donner sans contrepartie.  

Ma malhonnêteté se répandait et elle n’en était  pas dupe. Je montrais par mon regard des signes de  fuite. Je regardais parfois ailleurs et elle m’interrogeait  du regard. Elle se doutait de quelque chose. Et puis  j’acceptais tout trop vite, elle allait se rendre compte.  Tant pis pour mes beaux principes de jamais prendre  de risques en volant. C’était une fille, elle ne me faisait  pas peur. Cette nana ne pourrait rien dire, elle était  seule et sa vente illégale l’empêcherait de tenter quoi  que ce soit. Le mieux était de lui prendre tout ça le  lendemain. Mais elle doutait. Elle me regardait avec  insistance, me demandant de la fixer ce que je ne parvenais pas à faire. Je sentais que mon bon coup  allait m’échapper.  

Était-ce vrai, ou assurait-elle ses arrières, je ne savais pas trop. Mais elle avait parlé de se voir demain, donc c’est bien la méfiance croissante qui la poussait à le faire vite sans que je puisse préparer quoi que ce soit (…)

− Je dois repartir tout à l’heure, c’est maintenant  ou jamais, ce soir je ne serais plus là. Me dit-elle.  

Était-ce vrai, ou assurait-elle ses arrières, je ne  savais pas trop. Mais elle avait parlé de se voir  demain, donc c’est bien la méfiance croissante qui la  poussait à le faire vite sans que je puisse préparer quoi  que ce soit, la peur. Mais bon, j’avais mon couteau.  

− Bon on finit de manger et on va voir ça dans le  parc, ok ?  

− Ok.  

Complètement paumée cette fille. Sans personne  avec elle. D’où s’était elle fait jeter ? Pourtant, elle  pourrait avoir un mec pour la protéger. Et puis elle  n’avait pas l’air cramée au point d’être un lonesome  cowboy. Mais alors qu’est-ce qu’elle foutait toute  seule ? Bref, je n’allais pas me prendre la tête pour  cette desesperados, j’allais l’arnaquer, c’est tout.  

Enfin bon, elle avait quand même l’air consciente  du risque d’être seule, de ce que ça impliquait et n’être  pas du genre guerrier solitaire. Mais que foutait-elle là  alors ?  

− Je t’invite. Lui dis-je, tentant un réchauffement  de nos relations qui étaient gelées.  

Bon, j’avais encore perdu des occasions de faire  du chiffre en en demandant trop et en ne tenant pas  ma langue. Je ne lui taperais qu’une carte. Ma  spontanéité m’énervait et me mettait toujours dans des situations embarrassantes où j’annulais certaines  possibilités de ces occasions de devenir des bons  plans. Ça aussi, Samir me le faisait sentir. Pour lui, ça  n’était pas le cas, il était toujours posé et les pieds sur  terre. Une fois dans le parc, elle prétexta le besoin de  compter, bêtement, par réflexe je lui tendis le paquet  de fric, pas habitué que j’étais encore à faire des coups  trop directs. Maintenant, elle les avait en main, les  touchaient, la garce. Puis, honnêtement me donna la  carte. Je tentais de lui donner un coup pour lui  reprendre juste après en la menaçant du couteau. À  cet instant, un troupeau de touriste vint vers nous et  resta posté tout près. Elle me regarda. L’affaire était  close, elle me salua et partit.  

Je ne l’ai jamais revue…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Je ne l'ai jamais revu (épisode 3.5)

lun Nov 2 , 2020
Résumé des épisodes précédents : Anna a revendu des papiers d’identité sur le parvis de la gare. Elle a évité de se faire arnaquer et repart en train vers une autre destination. Ce petit paquet de fric allait me permettre de tenir  un petit moment. J’étais heureusement repassée à mon […]
%d blogueurs aiment cette page :