Je ne l’ai jamais revu (épisode 3.5)

Résumé des épisodes précédents : Anna a revendu des papiers d’identité sur le parvis de la gare. Elle a évité de se faire arnaquer et repart en train vers une autre destination.

Ce petit paquet de fric allait me permettre de tenir  un petit moment. J’étais heureusement repassée à mon appartement avant de partir définitivement et avait pris le peu de  fric qu’il me restait : quelques centaines de francs qui  s’ajoutaient aux cinq cents balles de la carte. J’avais tout quitté du jour au lendemain, de peur mais pas seulement. Je me sentais suivie. Avant de tout quitter, je trafiquais quelques centaines de grammes de haschich par semaine. Puis au bout de quelques années, était venu le temps de l’angoisse. Celle de se faire sauter à terme.

J’avais tout quitté du jour au lendemain, de peur mais pas seulement. Je me sentais suivie.

Puis, était venu le temps des filatures par quelques flics en civil bien reconnaissables. Puis, était venu le temps du départ, me mettre au vert pour tenter d’échapper à la justice des hommes. Alors j’étais partie avec quelques affaires sur les routes, espérant dans un autre ailleurs me reconstruire une vie de zéro. Trouver de quoi m’installer, travailler et reprendre pieds. Tout recommencer et surtout sortir de cette illégalité qui finalement m’avait rendue paranoïaque. 

J’allais  pouvoir tenir quelques jours comme ça avec ces 1000 francs. Il s’agissait  d’être pragmatique et logique et de ne pas jeter l’argent par les fenêtres. Déjà je continuerais à dormir dehors  et je ne dépenserais que pour manger. J’avais comme  idée de dormir dans les trains de nuit et de voir plus  tard pour les dettes à la SNCF. J’avais donc déjà le  logis assuré avec quelques escales dans certaines villes  histoire quand même d’y tenter ma chance. J’allais reprendre le dessus, me sentir loin de Paris, m’avait 

redonner un second souffle. Je sentais en moi toute  la force nécessaire à un nouveau départ, à la  construction d’une nouvelle vie dans un ailleurs qui  deviendrait un ici dans un proche avenir.  

Ce soir, je partais. Dans une autre ville, distante  d’une centaine de kilomètres dans laquelle je me trouverais probablement un hôtel pour la nuit. Le  voyage se passa sans encombres, j’eu même la chance  de ne pas avoir à donner mes papiers d’identité pour  « non présentation de titre de transport » puisque  lorsque les contrôleurs étaient passé dans mon wagon,  je dormais et personne ne m’avais réveillée. Ou bien  n’étaient-ils pas passés…. 

Probablement ne la saurais je jamais mais finalement peu importait, sauf à  vouloir savoir si la chance était réellement avec moi…  Notre train arriva en gare, je descendais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

A la place du fou

ven Nov 6 , 2020
Si apprendre à gérer ses troubles psychiques est un chemin très long voire infini, si cela implique un regard sur soi emprunt d’une objectivité réellement quasiment jamais atteinte par le commun des mortels, c’est également apprendre à gérer sa vie en toute liberté.  Si très peu d’entre nous parviennent même […]
%d blogueurs aiment cette page :