Je ne l’ai jamais revu (épisode 4.4)

Résumé des épisodes précédents : Anna suit cet homme rencontré chez lui par deux fois à une terrasse de café.

Je me levais aussi et lui indiquais la direction. Elle  était assez directive sans que je sache trop pourquoi.  Si elle imposait ses vues, elle annihilerait mes occasions  de m’organiser mais de toute façon je n’y parviendrais  pas. Elle ne me parlait pourtant pas vraiment et  m’avait imposé le silence. Silence qui perdura, même  quand nous arrivâmes chez moi.

Elle posa son sac  dans un coin, je ne savais trop comment réagir, que  trouverait-elle normal ? Je lui allumais la télévision,  lui donnais la télécommande et partis faire cuire  quelques raviolis qui nous feraient un repas. Nous  mangeâmes sans bruit, moi, gêné et peureux, elle,  distante et désintéressée. Pourquoi elle m’avait suivi,  je ne le comprenais pas, j’étais même tellement  perturbé par sa présence.

Effrayé de paraître sous un  mauvais jour tout en désirant qu’elle soit là. J’aurais  voulu la voir sans qu’elle ne me voie. Envie de faire  l’amour avec elle sans m’impliquer, sans qu’elle sache  qui j’étais. Profiter d’elle sans m’exposer, sans  m’exposer à un jugement qui me tuerait. Mais c’était impossible, il me fallait être au monde pour pouvoir  en jouir. Identité passeport vers l’extérieur. Passeport  qui se muait pour moi en assignation à résidence.  

Élaborant hypothèse sur hypothèse pour percevoir ce qu’elle pensait ou ce qu’elle faisait. Je me sentais perdu, seul. Je me rassurais en regardant ses affaires.

Nous n’avons pas parlé, jusqu’à ce qu’elle me dise  qu’elle allait se promener en ville. Elle était partie,  reviendrait-elle. Ses affaires étaient encore là, mais le  doute m’assaillait quand même. A son départ, j’éteignais  la télévision, puis m’assis par terre, dos à la fenêtre. 

Élaborant hypothèse sur hypothèse pour percevoir ce  qu’elle pensait ou ce qu’elle faisait. Je me sentais perdu,  seul. Je me rassurais en regardant ses affaires. J’essayais  de me raisonner, de me convaincre de son retour. Du fin  fond de ma tristesse, mon seul réflexe fut de regarder un  de ces films pornographique que j’avais en stock. Films  qui seraient mon unique réalité dans ce domaine si elle  disparaissait.  

Maintenant, j’avais un espoir de faire moi-même  ce que je voyais depuis si longtemps sur cet écran.  Écran, vecteur de tout un monde qui m’excluait.  J’étais trop sale, trop pervers pour trouver une femme  que ça intéresse, ou simplement qui l’accepte. Depuis  mon voyage en Thaïlande, je n’étais plus qu’un  sadique cochon. Je me savais complètement marginal,  marginal et sans morale. Mes pulsions étaient plus  fortes que ma conscience. Il n’y avait pas que l’instinct  de survie qui me tenait, il y avait cette bestialité qui  me rendait esclave de mon vice. J’avais été jusqu’à  baiser une gosse. Comment en étais-je arrivé là ? Je le sais comment j’en étais arrivé là.

Finalement, trop peur de faire face aux femmes. Cette gosse, elle ne me  faisait pas peur. Elle croyait que j’étais l’homme fort  que ces adultes savaient que je n’étais pas. Comment  les autres pensaient-ils… Je n’aurais jamais pu violer  une femme. Elles me faisaient trop peur. Même un  enfant j’aurais trop peur. Par manque de confiance en  moi, j’étais parti là-bas et j’avais cédé à la facilité.

La  petite m’avait été servie sur un plateau, je ne risquais  rien et j’avais pu assouvir un fantasme odieux aux  yeux des autres. Mais, moi, je ne savais même pas ce  que j’en pensais, je savais juste que je le voulais, c’est  tout. Mais la gosse n’avait pas souffert, et puis si ça  n’avait pas été moi, ça aurait été un autre peut être  encore plus vicieux que moi. Car je ne lui demandais  que de faire l’amour, rien d’autre. Une vraie femme, je  n’avais jamais essayé, je pourrais peut-être avec elle, si  elle revenait. Je regardais ce film pour la centième fois  je crois. Un jour, je ferais leurs jeux étranges. Quand  elle reviendrait, j’espère, si elle ne revenait pas seule.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Je ne l'ai jamais revu (épisode 4.5)

mer Mar 10 , 2021
Résumé des épisodes précédents : L’homme qui va héberger Anna, l’attend. Entre interrogation sur elle et films pornographiques, il anticipe sa venue. Quelques films plus tard, on sonna à la porte,  c’était elle. J’ouvrais. Elle avait un vélo avec elle et son  sac vide s’était rempli.   – Je peux déposer […]
%d blogueurs aiment cette page :