Réalisme et onirisme : Je ne l’ai jamais revu, 2014

Editions Edilivre, mai 2014.

Ce premier roman et deuxième écrit conséquent réalisé en 2005 retrace ce qu’il est de coutume de nommer un « voyage pathologique ». Il mêle volontairement les éléments réels du voyage tel que vécu par l’auteur et les personnes rencontrées sur sa route et, les éléments oniriques ou « psychotiques » ayant eu lieu pendant ce voyage. Ce mélange vise à faire vivre au lecteur ce que peut être de traverser un moment de psychose. L’idée est de faire vivre de l’intérieur par la biais du voyage d’Anna son ressenti, à la fois vécu réel et perceptions oniriques. Il s’inscrit dans une démarche de réponse à mon entourage qui me demandait : Mais qu’est-ce que la folie ? Qu’as tu vécu à ce moment là ?

4ème de couverture :

Ce livre retrace l’histoire troublée d’Anna, une jeune femme en cavale. Parcourant la France, fuyant un inconnu danger, elle rencontre des hommes et des femmes, dont certains lui viendront en aide. Anna est jeune, encore fragile, et sa première confrontation au monde réel sera celle de la rue. Une rue qu’elle croyait connaître, qu’elle pensait pouvoir dompter et qui se révèle plus amère et plus sombre qu’à l’initial. Elle apprendra à y vivre, tentant de reconstruire sur des bases mouvantes une nouvelle vie loin de ce passé effrayant, moteur et détonateur.


Autour du roman :

Interview par Anne Voileau autour de Je ne l’ai jamais revu, premier roman d’Agathe Martin, sur Vivre FM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

La mataora, images sur la psychose

jeu Août 13 , 2020
C’est après un long épisode psychotique de plusieurs moi voire plus d’un an que je me décide à écrire le récit de ce contenu onirique, de ce rêve qui m’avait envahie éveillée. Les manifestations de ma folie m’était encore très étrangères et étranges et j’avais besoin de comprendre ou tout […]
%d blogueurs aiment cette page :