Je ne l’ai jamais revu (épisode 2.3)

1

Résumé des épisodes précédents : Après la rencontre avec Mirko et ses chiens, Anna a repris la route et est montée dans la voiture d’un homme qui l’a trouvée sur la route…

– Et ça fait combien de temps que t’es partie de  chez toi ? Demandais-je.

– Des amis m’ont prévenu. C’est vrai que  quelque chose me paraissait bizarre. Ca fait trois jours  que je suis partie à peu près.  

Silence  

– Mais tu comptes t’en sortir comment ? Tu ne  vas pas rester à la rue indéfiniment ? T’as du fric ? 

– Non, je vais aller en province, après je reviens. 

– Ah. Ok.  

– Il habite où ton pote chez qui on va ?  

– A deux pas, mais il n’est pas encore là, on a du  temps. On va faire un petit tour après on y va.  Il ne fallait pas que je la brusque trop. De toute  façon, je n’aime pas quand elles ne sont pas  consentantes. Et puis elle pouvait être folle. La paranoïa vient surtout à ceux qui jouent trop, il me semblait.  On a discuté comme ça pendant une grosse demi heure. Le temps de faire trois fois le tour de la ville.

Et puis elle pouvait être folle. La paranoïa vient surtout à ceux qui jouent trop, il me semblait.

Puis, je l’ai amené chez mon pote. Elle m’inspirait  confiance. Finalement pas si dingue que ça. Et  puis elle me plaisait pas mal. J’allais lui proposer de  dormir chez moi après la soirée chez Etto. Et puis là,  on verrait bien. De toute façon, il n’y avait qu’un lit à  deux places dans la chambre que je partageais déjà  avec mon frère. Ça allait nous rapprocher.  

Je me garais en bas de la cité de Etto. Elle me  suivit jusque devant chez lui. Là, j’ai frappé à la porte.  Personne ne vint ouvrir. Ces cons sont encore trop  défoncés. J’ai encore cogné sur la porte comme un  forcené. Au bout d’un quart d’heure, Etto a finit par  ouvrir. Et là il se mit à sourire à la fille avec son air  déchiré. Il avait les yeux dans le vague et souriait  bêtement. Cette tête d’abruti qu’il pouvait avoir des  fois. Il n’était pas très grand, la tête ronde, le crâne  rasé. Ses yeux étaient constamment minuscules,  plissés sous l’effet d’une merde ou une autre. Il était trapu avec des tatouages. Il nous fit entrer et  demanda à la fille son prénom.  

– Anna  

– C’est vraiment très joli, Anna. S’extasiait Etto.  Ce qu’il pouvait être naze quand il était chargé. Sa  voix déraillait et il chancelait. Dans une petite heure, il retrouverait  ses esprits.  

One thought on “Je ne l’ai jamais revu (épisode 2.3)

  1. ça me rappel les lendemains de teufs free party à la sauce gribiche….la route vers l’autonomie de squat en squat heureusement que j’avais un studio à st lazare c’était plus facile à retrouver pour redescendre ou revenir de loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Sortir des trous noirs

ven Oct 16 , 2020
Les troubles psychiques ont souvent leur lot de trous noirs. Ces moments où l’on se sent happé par quelque chose hors du monde. Ces moments où l’on aimerait ne plus être là, vivre mais hors du monde. Si le départ, le voyage et ce que certains appelleront la fuite fonctionne, […]
%d blogueurs aiment cette page :