Je ne l’ai jamais revu (épisode 2.4)

Résumé des épisodes précédents : Anna est toujours sur les routes, elle tente de trouver des moyens de s’en sortir. L’homme qui l’a prise en stop la ramène chez des amis à lui.

Entrés dans l’appartement. Quasiment vide.  L’entrée, la moquette verte foncé, brûlée par endroits, les volets baissés. S’ils n’avaient pas été là, aurait-ils  acheté des rideaux, mystère… Toujours ce vieux  canapé marron en velours, face à la fenêtre. Devant  une table de cuisine et quatre chaises : une par  habitué. Reliquat des parents d’Etto, un meuble de  salon type Conforama 1982, avec des vieux livres  Reader Digest, un pot en porcelaine fêlé depuis et une  vieille photo. Dans les chambres des lits et rien  d’autres. Summum du style épuré…  

Autour de la table, il y avait Rachid bien sûr et un  italien de Calabre dont je ne me souviens jamais du  nom. Moins atteints qu’Etto, mais ils devaient revenir  de chez le dealer et s’être mis leur claque. J’invitais la  fille à s’asseoir sur le canapé. Elle semblait à l’aise et  s’était presque déjà posé avant que je lui propose. La  dégaine de taulard de mes potes n’avait pas l’air de  l’effrayer. Pourtant elle était si différente d’eux  physiquement que c’était surprenant. Elle devait avoir  l’habitude de ce genre de mecs.

Devant une table de cuisine et quatre chaises : une par habitué. Reliquat des parents d’Etto, un meuble de salon type Conforama 1982, avec des vieux livres Reader Digest, un pot en porcelaine fêlé depuis et une vieille photo.

Finalement, elle était à  notre merci mais devait sentir que nous n’étions pas  des méchants. Elle avait posé son sac de sport, en avait  sorti du shit et s’était mise à rouler. Semblant se sentir comme chez elle… Pourtant, tout à l’heure elle était bel  et bien perturbée par quelque chose, quelque chose  qu’être ici lui avait fait oublier. Elle était déjà installée.  Faut dire que les filles mimi comme elle, doivent être  habituées à avoir un bon accueil. A prendre leurs aises  facilement. Elle discutait avec Etto et les autres  comme si elle les connaissait depuis toujours. Bizarre.

Finalement, je me demandais si être cachée ne l’avait  pas soulagée d’un coup au point qu’elle soit du fait en  toute confiance immédiatement.  

Etto racontait ses exploits et ses incarcérations.  Montrait ses tatouages. Elle avait l’air de trouver ça  drôle. Je ne sais si elle avait cette confiance en soi  illimitée de la jeunesse ou l’habitude de ce genre  d’endroits. Je ne sais vraiment pas d’où elle sortait. Mais  même si elle avait galéré, je ne pense pas que les flics  s’intéressent à ce genre de nana. Reste une fille malgré  tout. De toute façon quoi qu’elle fasse, son physique la  limite. Son envergure ne sera jamais celle d’un mec, c’est  le système qui est comme ça. Personne ne lui offrirait la  possibilité.

Donc les flics, ils chercheraient quoi. Je  pensais surtout qu’elle devenait parano. N’arrivait pas à  assumer sa vie trop dure. Enfin je n’allais pas la  contrarier en face et risquer de ne jamais la sauter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Je ne l'ai jamais revu (épisode 2.5)

lun Oct 19 , 2020
Résumé des épisodes précédents : Anna a été prise en stop par un homme d’un quarantaine d’années. Il l’emmène dans un appartement enfumé où vit un de ses amis. Ce nounours de Rachid l’avait pris en affection.  Il riait à tout ce qu’elle disait. Doux comme un agneau,  c’était sa […]
%d blogueurs aiment cette page :