Je ne l’ai jamais revu (épisode 4.5)

Résumé des épisodes précédents : L’homme qui va héberger Anna, l’attend. Entre interrogation sur elle et films pornographiques, il anticipe sa venue.

Quelques films plus tard, on sonna à la porte,  c’était elle. J’ouvrais. Elle avait un vélo avec elle et son  sac vide s’était rempli.  

– Je peux déposer le VTT ici jusqu’à demain ?  Un peu surpris, j’acquiesçais.  

– Je me trouverais un acheteur demain Dit-elle en  l’observant.  

Elle le laissa dans l’entrée, s’assura qu’il tenait  bien, puis leva la tête vers la télé, surprise par les  bruits qui en émanait. Elle jaugea le film, puis me regarda avec un air de jugement, pas même moral, de pitié plutôt.  

Je me sentis honteux, mais surtout triste, elle ne  voudrait rien de moi. J’avais montré ma faiblesse,  montré que je n’étais qu’un pauvre petit mateur  solitaire. J’essuyais en plus d’être nu sous son regard  critique, un refus de toute activité sexuelle avec moi.  Je le savais, j’avais encore tout gâché. Je ne savais plus  vivre comme les autres, immuablement en décalage  avec eux, provoquant toujours le rejet par des paroles  et des gestes maladroits.  

– J’irai vendre des trucs demain. Est-ce que tu  saurais où je peux faire ça dans cette ville ? Me  demanda t elle, plus intéressée par ses affaires que par  ma perversion dont elle n’avait que faire.  

Elle me tenait toujours à distance, ni choquée, ni effrayée, simplement indifférente à moi et à mes vices que je découvrais pour éveiller les siens.

Elle répondait aux exigences pratiques de sa  situation et ne voulait pas lier amour ou amitié avec  moi. Elle me tenait toujours à distance, ni choquée, ni  effrayée, simplement indifférente à moi et à mes vices  que je découvrais pour éveiller les siens. Sa réaction  venait de me dire, qu’elle n’en avait pas vraiment, ou  bien les gardait-elle pour quelqu’un d’autre. Oui, elle  devait les garder pour un autre. Un fossé immense  s’était placé entre nous par mon film stupide qui  n’avait rien suscité en elle sinon du rejet, voire peut  être même du dégoût. Répondant à sa question, je lui  conseillais une ruelle où traînaient tout un tas de mecs  plus ou moins louches qui lui achèteraient  probablement ses objets volés ce soir. Je n’oserais pas m’y rendre donc je lui expliquais très précisément le  chemin.  

– Ok, bon, j’irai demain, dans la journée aussi il y  a du monde, là bas.  

– Oui, je crois. Je ne vais pas trop là-bas c’est mal  famé, mais je pense qu’il y a des types déjà là l’après midi.  

– Ok, merci.  

Elle alla mettre de l’ordre et me camoufler son  butin, puis s’installa assise au bord du lit, qui se  trouvait face à la télévision avec ce film qui continuait.  

– Bon, je vais dormir, je crois. Tu continues de  regarder ton truc ? Me demanda t elle sans manifester  la moindre peur comme si elle connaissait l’étendue  de ma lâcheté.  

– Oui. Répondis-je, me sentant à nu, toutes mes  faiblesses exposées. De toute façon quel que soit ce  qu’elle en pensait, j’étais aussi accroc à mes vidéos  qu’à mes médicaments.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Je ne l'ai jamais revu (épisode 4.6)

jeu Mar 11 , 2021
Résumé des épisodes précédents : Anna se retrouve hébergée chez un homme inquiétant. Il cherche à avoir des relations sexuelles… Je me retrouvais donc assis dans mon lit avec à  côté de moi une fille qui dort, habillée par refus de  relations sexuelles avec moi. Et je restais les yeux […]
%d blogueurs aiment cette page :